Le centre ophtalmologique et de chirurgie esthétique Saint-Vincent, situé au Mourillon, s’installe dans les murs de la clinique Saint-Michel, leader de la chirurgie ambulatoire.

Toulon : La clinique Saint-Vincent fusionne avec Saint-Michel

SM-toulon-actus01(© Var-Matin 04.11.2014 – Catherine Pontone) La clinique Saint-Vincent, rue Belvédère, au Mourillon, vient de tourner une page de son histoire. L’établissement qui, au fil des ans, s’est spécialisé en ophtalmologie et en chirurgie esthétique, vient de transférer son activité à la clinique Saint-Michel, implanté au carrefour Benoit-Malon.
Le centre ophtalmologique et de chirurgie esthétique Saint-Vincent devient, ainsi, l’une des activités de la clinique Saint-Michel. Les premières interventions chirurgicales ont débuté mercredi dernier.

La fusion entre les deux établissements privés de santé a été mûrement réfléchie, depuis des années. Le projet avec la communauté médicale des deux établissements a évolué au fil des ans, notamment après la fermeture, non sans douleur, de la maternité Saint-Michel.
Il a été souhaité par l’ensemble des acteurs : la tutelle, l’Agence régionale de santé, favorable au regroupement en général de structures par souci de qualité et de sécurité de prise en charge ; la communauté médicale ; et la direction dans le giron du groupe Medi Partenaires, lequel a récemment fusionné en 2014 avec Medi Pôle Sud Santé, deuxième groupe de santé privée en France (1).

Largement réputée, la petite clinique Saint-Vincent, enclavée dans une impasse du Mourillon, était arrivée « à bout de ses capacités », consent Benoit Mari, directeur depuis 2009 des établissements Saint-Vincent et Saint-Michel. « Des salles d’opération trop petites, un seul ascenseur, des petits niveaux… »
Les travaux, engagés dès 2013, ont permis au final la réfection de près de 80 % de la capacité d’accueil de la clinique Saint-Michel.
« Cela nous permet d’augmenter la surface initiale de Saint-Vincent d’environ 30 %. Nous avons, de fait, plus de fluidité dans les circulations. Nous avons un bloc opératoire moderne, avec tout ce que cela comporte en termes d’exigences de communication audiovisuelle, de qualité de surface. Les médecins disposent désormais d’un plateau technique neuf, de services et accueil de chirurgie ambulatoire totalement refaits », explique Benoit Mari.

« Conserver les équipes en place »

Cette fusion avec l’activité de Saint-Vincent a permis d’optimiser l’ensemble de la prise en charge au sein de l’établissement Saint-Michel. « Tout est installé sur des niveaux complètement homogènes. Les services ambulatoires de Saint-Vincent (aile sud) et Saint-Michel (aile nord) sont sur le même niveau, au 2e étage. Nous sommes sur le même schéma d’organisation pour le plateau technique au premier étage avec deux blocs opératoires – Saint-Michel et Saint-Vincent. L’hospitalisation, qui concerne exclusivement St-Michel, se situe au 3e étage. »

« Il fallait un projet à la hauteur de la réputation et de la qualité de la clinique Saint-Vincent, bien classée au niveau national. La fusion des deux établissements privés fait qu’elle se place désormais en leader de la chirurgie ambulatoire avec plus de 12 000 séjours par an. (lire ci-dessous).
Au final, près de 5 millions d’euros ont été injectés pour mener à bien ce projet médical d’ensemble.
Un investissement important, justifié par la direction : « Il pérennise les établissements avec des effectifs constants, renforce la performance. On mutualise les infrastructures en les optimisant et en ayant un outil moderne en conservant les équipes en place », explique Benoit Mari.

1. Notamment, dans l’aire toulonnaise, la polyclinique des Fleurs, à Ollioules (cardiovasculaire), et la clinique du Cap d’Or (cancer et chimiothérapie avec un centre d’imagerie dédiée aux femmes récemment inauguré).

La fusion des deux établissements doit permettre de briller dans les classements nationaux

« Selon le magazine Le Point, la clinique Saint-Vincent se classe au 14e rang national, en chirurgie de la rétine, et au 17e en chirurgie de la cataracte. Nous avons déjà été très bien classés pour la chirurgie du glaucome », explique Benoit Mari.
« La fusion des deux établissements Saint-Vincent et Saint-Michel – juridiquement au 31 décembre 2013 –va permettre de sortir quatre ou cinq fois dans les classements nationaux.

Saint-Michel avait déjà une grosse réputation en chirurgie de l’obésité, 5e centre français en termes d’activité, en chirurgie des varices associée avec la polyclinique des Fleurs en vasculaire, et en urologie. Nous sommes également très présents sur toutes les disciplines à dominante ambulatoire : l’ORL et la stomatologie (chirurgie des mâchoires, des dents…)
Avec les gros classements de Saint-Vincent, on va avoir un petit établissement qui va être extrêmement présent en termes d’excellence », poursuit Benoit Mari. Le directeur de Saint-Michel et Saint-Vincent demeure confiant : « Cela sera certainement le plus gros établissement de la chirurgie ambulatoire du département. »

Les chiffres parlent d’eux-mêmes :

la part de l’activité ambulatoire est de 75 % à la clinique Saint-Michel, et de 80 % à la clinique Saint-Vincent. Résultat : « la fusion des deux va tendre à plus de 12 000 séjours ambulatoires (nombre de patients et d’interventions, Ndlr). »

© Var-Matin 04.11.2014 – Catherine Pontone – www.varmatin.com