Troubles de la vision: la clinique Saint-Michel à Toulon accueillera mi-juin son laser

Le centre ophtalmologique et esthétique Saint-Vincent, inauguré ce mardi, dans les murs de la clinique Saint-Michel accueillera à la mi-juin une unité dédiée à la chirurgie laser des yeux

Moins de huit mois après s’être installé dans les murs de la clinique Saint-Michel à Saint-Jean du Var avec laquelle il a fusionné, le centre ophtalmologique et esthétique Saint-Vincent, inauguré, ce mardi, renforce son pôle d’excellence.

Implanté dans l’aile sud d’un bâtiment dont 80 % des surfaces ont été réaménagées, le site de santé du groupe MediPôle-Partenaires permet aux personnels, et à la vingtaine de chirurgiens-ophtalmologues libéraux d’exercer dans des locaux entièrement repensés, modernisés, spacieux, aux installations innovantes, et équipés d’outils technologiques de pointe. Coût de ce projet médical d’ensemble pour mener à terme cette fusion : 4 millions d’euros.

Du soin au confort

Au sein du centre ophtalmologique et esthétique Saint-Vincent, une nouvelle plate-forme de chirurgie réfractive du centre laser s’apprête à voir le jour vers la mi-juin. Celle-ci n’a pas encore ouvert ses portes que déjà Benoît Mari, le directeur de la clinique Saint-Michel et de Saint-Vincent, anticipe l’intérêt que cette sous-activité du centre, pourrait susciter auprès du grand public.

Et pour cause : la chirurgie laser qui permet de corriger les troubles de la vision tapent dans l’œil de tous ceux qui veulent améliorer leur confort visuel. Voire permettre aux myopes de faire tomber pour les lunettes…

Des investissements lourds

Personne n’échappe au cours de sa vie à un ou plusieurs troubles de la vision qui surviennent plus au moins tôt : la myopie, l’astigmatisme, l’hypermétropie et la presbytie qui survient avec l’âge.

Certes, l’activité de chirurgie laser n’est pas nouvelle puisqu’elle existait déjà sur l’ancien site de Saint-Vincent au Mourillon. Seulement, la réinstallation du centre à l’issue de la fusion avec Saint-Michel a permis de « redéployer l’activité autour des outils technologiques assez innovants et performants. »

Coût de l’investissement : 1,2 million d’euros

Pour corriger les troubles de la vision, la chirurgie réfractive va utiliser deux grands types de techniques : celle « dite simple avec le laser Excimer qui modifie directement la cornée en corrigeant juste une partie de la surface » ; celle de la dernière génération, unique à Toulon, avec le laser Femto secondes «qui consiste à faire une découpe chirurgicale, et de corriger à l’intérieur de la cornée. C’est ultra-précis et moins douloureux ».

Une chirurgie réfractive de confort et non remboursée par la Sécurité sociale, mais qui reste une intervention médicale et qui ne doit à ce titre pas s’affranchir d’examens avant de s’y engager. ( Catherine Pontone )

© Var-Matin – Catherine Pontone – 02 juin 2015 – www.varmatin.com